Chapelle et Calvaire de Tronoën (Finistère Sud)

Lors d' un séjour en Finistère Sud dans la baie d' Audierne, j' ai visité Le site de Tronoën, avec sa Chapelle et son très réputé Calvaire, un des 7 plus grands calvaires que compte La Bretagne. 
Dans ce post je vous propose les photos que j' y ai fait. Et pour les accompagner cette explication trouvé sur Internet sur ce SITE que je vous laisse découvrir pour plus d' informations

Le site de Tronoën

Le site de Tronoën offre une vue panoramique sur la baie d’Audierne.C’est l’un des sites archéologiques les plus importants de la région. Les fouilles ont livrés une grande quantité d’objets de la Tène (2ème Age de Fer) et des gallo-romains.
De l’oppidium qui occupait 25 hectares, il ne reste que 2 stèles brisées. Parmi les sépultures retrouvées à cet endroit, citons celle d’un guerrier gaulois inhumé avec ses armes!
De nombreuses statuettes votives, représentant Appolon,Venus, Epona…. prouvent  qu’un culte gaulois a succédé au sanctuaire gallo-romain qui bordait alors une voie antique reliant Quimper à Tronoën.

Garez vous près de la chapelle, profitez de son calvaire. Continuez à pied vers la plage, vous trouverez sa fontaine dissimulée dans les herbes.

La chapelle

La cathédrale des Dunes

Au 5ème ou 6ème siècle, St Maudez, un moine irlandais, fils du roi Ercléus et de la reine Gestude, a fuit son royaume pour évangéliser la Bretagne. St Maudez soignait les sourds, les aveugles et les paralytiques ; la légende faisait de lui un chasseur d’insectes venimeux et outre les vertus supposées de St Maudez, on lui attribua également les guérisons de piqures de toutes sortes : guèpes, serpents, vers intestinaux, ballonnements…
A quelques  pas de la chapelle se trouve toujours  la fontaine qui était à l’époque très fréquentée pour ses vertus miraculeuses! La source « miraculeuse a été aménagée en fontaine au 15ème siècle.St Maudez n’étant plus honoré en Bretagne, au 15ème siècle fut édifiée ce qui est aujourd’hui Notre Dame de Tronoën. Bâtie au 15ème siècle, la chapelle Notre-Dame de Tronoën se compose d’une unique nef surmontée d’un clocher à trois flèches. On peut différencier deux entrées sur la façade sud, un porche de baptème à 8 niches et une porte. A gauche d’une d’entrée, derrière un pilier on peut voir une tête, c’est le guetteur de la chapelle. Il y a plusieurs légendes à son sujet. Pour certains il aurait été mis là pour surveiller la Vierge Marie aux seins nus qui se trouve sur le calvaire, afin de la protéger des regards indiscrets. Une seconde légende raconte, que si l’on entend le guetteur siffler lors d’une très grosse tempête, ce serait l’annonce de la fin du monde « l’apocalypse ».
Une autre légende laisserait entendre que le pilier support du clocher, à l’intérieur de la Chapelle, cacherait un escalier dont l’entrée (et la sortie) seraient cachées. A l’intérieur de la chapelle on peut remarquer que la nef comprend deux travées.C’est l’un des très rares édifices à voûte de pierre de Bretagne et le seul en Pays Bigouden, à être séparé du chœur par l’arc diaphragme et son pilier.

A noter :

Son autel d’un seul bloc de granite de 5,35m de long!
Ses 2 statues en bois polychromes du 17ème siecle : St Sernin ou St Saturnin et Notre Dame de Tronoën
Le troisième dimanche de septembre a lieu le pardon de Notre Dame de Tronoën aussi appelée « Cathédrale des Dunes ».

 

Le Calvaire

Une bande-dessinée taillée dans la pierre

C’est le plus vieux des grands calvaires bretons. Il date du 15ème siècle comme la chapelle, et est entièrement constitué de granit. L’inégalité des matérieux laisse supposé qu’il s’agit d’un ouvrage composite et que la statuaire provient de 3 ou 4 ateliers différents.
La magnifique statuaire déroule comme une bande dessinée la vie du Christ, de la naissance à la crucifixion. Si certains personnages ont souffert des outrages du temps, du vent et du sel de l’océan proche, la statue de la vierge en gésine est magnifiquement conservée et offre la pureté de son profil à l’admiration de dizaines de milliers de visiteurs chaque année.
Le Calvaire a été entièrement restauré en 1998 – 1999.

Sur la scène de la nativité, le calvaire propose une représentation très rare de la vierge Marie. Dans sa matérnité triomphante, la Vierge est allongée sur sa couche et les seins nus. A ses pieds l’enfant dieu est étendu, vêtu d’une robe et déjà bien grand pour un nouveau-né. Il tient un globe à la main gauche et lève la droite en un geste d’enseignement. Saint Joseph est assis au chevet de l’accouchée, son bâton près de lui.

Les scènes se lisent globalement dans le sens contraire d’une aiguille d’une montre en partant de l’extrémité droite de la face est. Seule la scène de la mise au tombeau manque dans l’iconographie représentée. De même que celles de l’arrestation, ainsi que tous les actes de la vie de Jésus se déroulant entre son baptême et la Cène. D’ailleurs, l’aspect chonologique est secondaire dans ce calvaire, puisque la disposition des scènes répond avant tout à des considérations symboliques.

 

VIDEO DE LA LECTURE

Frise inférieure :

  • Annonciation ;
  • Visitation : Marie se rend chez sa cousine Elizabeth. Au moment où Elizabeth entend la voix de Marie, l’enfant (Jean, dit le Baptiste, cousin de Jésus) trésaille en son ventre ;
  • Nativité : Jésus-Christ est représenté comme un enfant d’environ sept ans ;
  • Les rois mages ;
  • Joseph présentant l’enfant au temple ;
  • Baptême, curieusement représenté deux fois ;
  • Le Christ parmi un groupe de docteurs ;
  • Le Jugement dernier et la chute de l’homme dans le péché (Genèse), ne l’empêchant pas d’être sauvé ;
  • La Cène ;
  • Lavement des pieds du Christ et transmission du pouvoir terrestre à Saint Pierre ;
  • Jésus dans le Jardin des oliviers.

Frise supérieure :

  • La Vierge Marie soutenue par saint Jean ;
  • Flagellation ;
  • Ponce Pilate se lavant les mains ;
  • Jésus entre deux soldats ;
  • Portement de croix (avec les deux larrons à l’arrière) :
  • Résurrection ;
  • Le Christ délivrant aux enfers (représenté par la gueule d’un monstre, le Leviathan) Adam et Ève ainsi que le reste de l’humanité ;
  • Apparition à Marie Madeleine ;
  • Le Christ outragé.

Base des croix ;

  • Le voile portant figure du Christ
  • Pietà ;
  • Un pèlerin.

Source : http://www.tronoen.net/le-site-de-tronoen/

Si en positionnant votre curseur sur la photo votre curseur se transforme en "main", un clic sur la photo vous permet de l'agrandir, mais depuis quelque temps il semble qu'un bug ne le permette pas toujours.
Pour ceux qui utilisent "Firefox", après ou sans même ce premier clic, un clic droit vous ouvre une fenêtre qui vous donne une mention "Afficher l'image". Un clic vous agrandit encore la photo, et dans certains cas la présence d'une loupe vous permet de faire un nouvel agrandissement.

Et bien sûr, vos commentaires sont toujours fortement appréciés, soit pour modifier certaines erreurs soit pour l'amélioration de ce blog que je m'attache a être le plus convivial possible.

Chapelle Tronoën-001

 

Chapelle Tronoën-002

 

Chapelle Tronoën-007

 

Chapelle Tronoën-008

 

Chapelle Tronoën-009

 

Chapelle Tronoën-010

 

Chapelle Tronoën-011

 

Chapelle Tronoën-012

 

Chapelle Tronoën-013

 

Chapelle Tronoën-014

 

Chapelle Tronoën-015

 

Chapelle Tronoën-016

 

Chapelle Tronoën-017

 

Chapelle Tronoën-018

 

Chapelle Tronoën-019

 

Chapelle Tronoën-020

  

Chapelle Tronoën-021

 

Chapelle Tronoën-022

 

Chapelle Tronoën-023

 

Chapelle Tronoën-024

 

Chapelle Tronoën-025

Chapelle Tronoën-003

Calvaire Tronoën-001

 

Calvaire Tronoën-002

 

Calvaire Tronoën-003

 

Calvaire Tronoën-004

 

Calvaire Tronoën-005

 

Calvaire Tronoën-006

 

Calvaire Tronoën-007

 

Calvaire Tronoën-008

 

Calvaire Tronoën-009

 

Calvaire Tronoën-010

 

Calvaire Tronoën-011

 

Calvaire Tronoën-012

 

Calvaire Tronoën-013

 

Calvaire Tronoën-014

 

Calvaire Tronoën-015

 

Calvaire Tronoën-016

 

Calvaire Tronoën-017

 

Calvaire Tronoën-018

 

Calvaire Tronoën-019

 

Calvaire Tronoën-020

 

Calvaire Tronoën-021